Historique

C’est en 1975 que l’orthothérapie prend racines au Québec par le biais de l’association professionnelle des orthothérapeutes de la province de Québec inc. (A.P.O.P.Q.), enregistrée au ministère des consommateurs et institutions financières, elle a pour objectifs de :

  • Regrouper en association les personnes qui s’intéressent à la gymnastique thérapeutique.
  • Encourager l’activité physique sous toutes ses formes.
  • Faire connaître les bienfaits d’une hygiène de vie et des méthodes actives et passives de thérapie physique.

En 1993 l’association présentait un mémoire et était entendue, à la commission parlementaire sur les thérapies alternatives. L’orthothérapie est une profession distincte; basée sur le massage et la kinésithérapie. Des  efforts ont aussi été portés  à l’époque, sur un programme de recherche sur les lombalgies chroniques traitées en orthothérapie.

L’A.P.O.P.Q exigeait avant décembre 2002, de ses membres un programme de formation de 1000 heures en plus de stages professionnels.

À partir de janvier 2003, tous les nouveaux membres possèdent un baccalauréat en kinésiologie d’une université québécoise et/ou un diplôme de deuxième ou de troisième cycle. De plus cette association offre une constitution, un code de déontologie, un comité de discipline, un perfectionnement continu obligatoire d’au moins 15 heures par année, une assurance responsabilité professionnelle, ainsi que la couverture de ses soins par plusieurs polices d’assurance collective et bien d’autres.

En 2012, l’APOPQ devient l’APKKOPQ  pour enfin devenir l’AKKOMQ afin d’intégrer dans ses lettres patentes le terme de kinésiologue, celui de kinésithérapeute, d’orthothérapeute et de massothérapeute et ce, en vue d’une meilleure reconnaissance professionnelle de la part des assureurs et parce que les membres kinésiologues qui sont spécialisés au deuxième cycle détiennent des compétences supplémentaires qui leurs permettent de faire de la thérapie manuelle. En 2020, une réflexion est amorcée par le C.A afin de trouver les lettres patentes les plus représentatives de nos membres, de leurs compétences et des sphères dans lesquelles ils œuvrent. Soucieux aussi de répondre aux futurs besoins d’encadrement professionnel et de maintenir les services assurés offerts par nos membres à leurs clients, cette démarche est donc évolutive.