Étant kinésiologue et actuellement enceinte de 6 mois et demi, je donne des cours en groupe de plusieurs types (cardio, musculaire, yoga) puisque, c’est ça mon travail. Dernièrement, mes participants  me regardent le ventre et disent: “Tu es toute petite” ou “Tu as une petite bédaine”. Je ne cesse de me demander comment devrais-je prendre ces commentaires?

La bédaine parfaite n’existe pas apparemment! Des affirmations du genre: “Tu as une belle bédaine” ou “Tu sembles en forme” me sembleraient plus appropriées…

Je sais que les gens parlent en fonction de leur “expérience”. Des femmes enceintes, ils en ont vu et même côtoyées. Mais savent-ils donc exactement la grosseur que mon ventre devrait avoir à 29 semaines? Au début, ça m’affectait, mais au final, je trouve ça plutôt drôle. Surtout que mon médecin, qui elle, en a vu passer des femmes enceintes dans son bureau depuis 25 ans, se fait dire par ses patientes que leur entourage trouve qu’elle a un trop gros ou trop petit ventre. La bédaine parfaite n’existe pas apparemment! Des affirmations du genre: “Tu as une belle bédaine” ou “Tu sembles en forme” me sembleraient plus appropriées, surtout lorsqu’on ne fait pas partie de l’entourage direct de cette personne!

Ce n’est pas dangereux de continuer à faire autant d’activité physique tout en étant enceinte?

Tout ça m’amène à une question qui m’est posé fréquemment : “Ce n’est pas dangereux de continuer à faire autant d’activité physique tout en étant enceinte?” Ce n’est effectivement pas dangereux si on respecte quelques principes. Même que les bienfaits de l’activité physique pendant la grossesse sont plutôt avantageux pour maman et bébé. Je vous parle ici comme kinésiologue, spécialiste de l’activité physique qui connait les théories et comme femme enceinte qui maintenant les expérimente au quotidien!

S’écouter et se respecter

Il n’est jamais trop tard pour commencer à bouger. Une femme qui était sédentaire avant de tomber enceinte peut commencer l’activité physique, tout comme la femme qui était déjà active peut continuer à s’entrainer. Tout ça, bien sûr, si le médecin n’y voit aucun problème selon l’état de santé de la future maman. L’important est d’y aller progressivement, d’écouter son corps et bien sûr de le respecter! Chaque journée est différente, enceinte ou non, alors on s’écoute et on modifie au besoin les paramètres d’intensité ou d’amplitude de mouvement. Chaque trimestre est aussi différent l’un par rapport à l’autre. Pour le premier, plusieurs symptômes peuvent être présents: nausées, vomissements, fatigue, reflux gastriques, etc. Ce ne sont pas des raisons pour ne pas bouger. Bien sûr, il faut choisir le moment de la journée pour faire de l’exercice, le type d’activité ou simplement diminuer l’intensité. Le deuxième trimestre est habituellement plus facile et c’était effectivement mon cas. Un regain d’énergie se fait sentir et il faut en profiter pour continuer à bouger! Peut-être intégrer une nouvelle activité, toujours en se respectant et en acceptant le fait que la bedaine pousse et qu’elle peut devenir encombrante dans certains mouvements. Le dernier trimestre est pour moi le plus difficile des trois, car le ventre est bien présent et la fatigue revient à la charge. C’est normal, mais ce n’est quand même pas suffisant pour arrêter de bouger. Il faut continuer d’adapter les mouvements, l’intensité de l’activité et au besoin, changer le moment de la journée pour accomplir le tout. N’hésitez pas à consulter un kinésiologue pour obtenir toute l’aide nécessaire à l’adaptation de vos activités à votre condition. Il saura bien vous guider tout au long de votre grossesse.

Quelle activité faire?

La marche, la natation, le vélo, la musculation, le yoga, les activités prénatales, etc. forment toutes de bonnes options. Le principe numéro un à respecter est d’avoir du plaisir lors de cette activité physique! Si vous avez l’impression d’accomplir une corvée ou qu’un bon coup de pied au derrière est nécessaire pour vous y mettre, c’est qu’il faudrait songer à essayer autre chose. Les activités qui comportent des sauts répétés ou les sports avec contacts doivent idéalement être modifiés ou réduits.

Bienfaits pour la future maman

C’est bien beau trouver une activité plaisante, mais qu’est-ce que ça apporte tout ça? Pour la majorité des femmes, les bienfaits de l’activité physique surpassent les risques. Qu’on soit enceinte ou pas, une femme ou un homme, faire de l’activité physique donne de l’énergie et augmente l’estime de soi. Le fait que le corps change pendant la grossesse peut faire peur à plusieurs femmes. L’activité physique permet de mieux accepter ces transformations physiques. Être active permet de brûler les calories superflues sans nuire au développement du bébé et aide à réguler le taux de sucre dans le sang. Certains symptômes ou inconvénients de la grossesse comme les nausées, les crampes musculaires, les pieds gonflés, les varices, les insomnies, le mal de dos et la constipation peuvent être atténués par la pratique d’une activité physique régulière. L’exercice permet de garder des muscles forts et toniques qui faciliteront les mouvements pendant la grossesse. Jusqu’ici, je peux vous assurer que tous les bienfaits nommés, je les ai ressentis! De façon générale, une meilleure condition physique réduit la durée de l’accouchement, le temps de récupération, et diminue l’anxiété qui peut être ressentie face à la naissance. Pour être franche, cette dernière phrase est une de mes motivations principales! J’essaie de ne pas me fixer d’attentes face à l’accouchement; la vie est bien faite et ça ira comme ça ira. Mais si le fait que je sois restée active à travers toute la grossesse peut réduire la durée de l’accouchement, ce sera ma récompense et je serai fière de moi, surtout que j’aurai un beau cadeau dans les bras quand tout sera terminé!

Bienfaits pour bébé

Parlant de ce bébé à venir, il profite aussi des bienfaits que vous ressentez en étant active! Le fait de pratiquer des activités qui sollicitent le système cardio-vasculaire améliore votre circulation sanguine et l’apport en sang pour le placenta qui alimente le bébé est alors meilleur. La pratique d’activité physique chez la mère permet de mieux gérer le poids du bébé. Il aura moins de chance d’être gros à la naissance et de faire de l’obésité pendant l’enfance. Le bébé ressent les émotions de la mère, donc mieux elle gère son stress, moins le bébé est stressé lui-même. Les bienfaits de l’activité physique sur le bien-être psychologique et sur la gestion du stress de l’individu sont bien connus et prouvé scientifiquement.

J’espère que ce texte vous a convaincu que l’activité physique est possible pour la femme enceinte et même très bénéfique pour maman et bébé! La femme enceinte est loin d’être malade ou handicapée comme ce que je perçois dans le regard des gens, surpris de me voir encore active à ce stade. Finalement, consultez un kinésiologue pour plus de précisions sur les adaptations à faire au niveau des exercices de musculation et pour bien vivre cette belle étape de votre vie !

À propos de l’auteur

Laurence Marquis est détentrice d’un baccalauréat en kinésiologie de l’Université de Sherbrooke ainsi qu’un diplôme d’études supérieures spécialisées en exercices thérapeutiques. Elle se passionne pour l’activité physique depuis sa jeunesse. C’est pourquoi elle revient s’installer dans sa ville natale pour faire une différence, entre autre, auprès des personnes âgées de sa région.